Paperbomb

Imagine...que toutes les bombes soient en papier…

Paperbomb Paperbomb

Monumentale et pourtant si fragile, Paperbomb, la sculpture de Nezilla, est un symbole de paix, de mémoire et d’amitié. À partir de juin 2024, elle va être transportée  en France pour être exposée à des endroits  devenus historiques après les guerres.

Inspirée par les 1600 grues en origami de Hibakusha Sadako Sasaki devenues symbole de paix universelle, Nezilla utilise un autre médium pour propager ce message. Sa construction en métal évoque la fragilité du papier, reflète l’ambivalence entre destruction et création, entre guerre et paix. Massive et incontournable, elle oblige le spectateur à réfléchir. Paperbomb reflète le rôle de l’individu entre fragilité et endurance au combat pour la paix. Sans combat pour la paix, celle-ci ne sera jamais réalisable.

Philippe Hansch, directeur du Centre Mondial de la paix, des libertés et des droits de l’homme (Centre Mondial de la paix – Verdun), a transmis un premier message de paix lorsqu’il présenta Paperbomb au forum « Jeju Forum for Peace & Prosperity » en Corée du Sud.

Phillippe Hansch présente au vice-gouverneur Kim Ae-Sook une version miniature du PAPERBOMB au JEJU FORUM

Lee Jae Jin, Tamari Masahito, Yunju Ko, Ekaterina Zagladina, le vice-gouverneur Kim Ae-Sook, Philippe Hansch, Ito Gensei et Bu Jongbae lors de la session « Solidarité mondiale des villes pour la paix : diplomatie sous-nationale basée sur un réseau entre villes et régions »

Le fait d’installer sciemment Paperbomb à des endroits qui furent en France  la scène de massacres et de crimes, lui donne  un rôle significatif. Son exposition sur les lieux historiques amplifie l’importance de son rôle de mémorial contre l’oubli et appelle le spectateur à s’investir pour la paix. La société globale menacée actuellement par les guerres a plus que jamais besoin de s’engager à maintenir la paix.

Les différents endroits où sera exposée la sculpture témoignent de l’immensité territoriale des crimes de guerre et rappellent le destin individuel de chaque victime. Une dynamique se développe entre l’œuvre et son emplacement, un dialogue perpétuel est alors initié, et l’ensemble avertit le spectateur que toute action irréfléchie peut vite devenir menace.

Paperbom, mémorial contre l’oubli  et symbole de paix, nous rappelle que nous devons tirer des leçons de l’Histoire, de façon à ne plus réitérer les erreurs du passé. La sculpture évoque à la fois les horreurs du passé et l’espoir d’un avenir pacifique qu’une amitié et une proximité politique est en mesure de réaliser.

Tulle

À Tulle, le 9 juin 2024, ce sera la 80ème journée commémorative du massacre de 99 civils innocents ainsi que de la déportation de plus de 150 autres civils disparus pour toujours. À cette occasion, un exemplaire de la sculpture Paperbomb, haute de deux mètres, sera dévoilé au lieu de commémoration du Champ des Martyrs.

À la fin de la cérémonie, la sculpture sera inaugurée en présence de Monsieur François Hollande. Le lendemain, le Président Macron visitera le lieu de commémoration.

Il est remarquable que ce soit la sculpture d’une jeune artiste allemande qui soit érigée à cet endroit, comme symbole de paix, en souvenir des victimes et en témoignage de l’amitié franco-allemande.

Le Vieil-Armand, Hartmannswillerkopf

Pendant la Première Guerre mondiale, de violents combats entre troupes allemandes et françaises eurent lieu au Vieil-Armand. La bataille pour conquérir le sommet commença le 31 décembre 1914.  En 1915, les plus violents combats eurent lieu les 19 et 20 janvier, le 26 mars, les 25 et 26 avril et les 21 et 22 décembre. 30.000 soldats y perdirent la vie.

Il y a cent ans, un Mémorial en l’honneur des soldats morts au combat fut érigé par le Comité du Monument National du Vieil-Armand (CMNHWK) qui s’occupe de son entretien. La principale priorité du CMNHWK est un devoir de mémoire, de façon que visiteurs et générations futures n’oublient jamais.

Lors de la cérémonie officielle du 3 août 2024, un exemplaire de la Paperbomb, haute de deux mètres, sera exposé définitivement au Vieil-Armand – 110 ans après le début de Première Guerre mondiale, 100 ans après la création du Mémorial, 10 ans après la commémoration du centenaire, en présence des Présidents Gauck et Hollande.

Oradour-sur Glane

Le 9 mai 2025, un exemplaire de la Paperbom, haute de deux mètres, sera installé à l’entrée nord du village d’origine d’Oradour-sur-Glane, détruit le 10 juin 1944 par les Nazis et où 643 habitants furent massacrés.

L’emplacement choisi crée un lien matériel et symbolique entre le vieux village détruit et le nouvel Oradour. La date choisie, le 9 mai 2025, sera la 80ème journée commémorative de la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Un voyage contre l’oubli

Accompagnée de la professeure Sibylle Treugut du Lycée Hölderlin de Heidelberg et de la professeure Danièle Sadowski du Lycée Albert Thomas de Roanne, Nezilla projette pour octobre 2024 un voyage culturel avec une classe d’élèves allemands et une classe d’élèves français les menant aux endroits historiques de la Première et de la Deuxième Guerre mondiales : au Vieil-Armand en Alsace, à Moulins et Tulle. Les élèves joueront à chacun de ces différents endroits une pièce de théâtre mettant en scène les événements historiques.

La régisseuse et actrice française Emilie Weiss prépare une pièce de théâtre « Contre l’oubli » spécialement pour cette rencontre. La représentation sera accompagnée de morceaux de Rap que les musiciens Bryan Vit et Toni L. étudieront avec les élèves.

Le voyage préparé dans le cadre d’une rencontre en tiers-lieu - préconisée par l’OFAJ - donnera aux élèves la possibilité de créer et solidifier les liens d’amitié franco-allemande. Il contribuera à garder vivants les massacres du passé. Cette expérience commune permettra de combattre les préjugés, de créer un lien de solidarité, de compréhension réciproque.

Le voyage aura lieu sous l’égide de S.E. François Delattre, Ambassadeur de France en Allemagne et S .E. Stephan Steinlein, Ambassadeur d’Allemagne en France.

Le voyage « Les 80 ans de la Libération » se fera avec l’aimable soutien du Consulat honoraire de France à Mannheim, de l’Institut Français de Mannheim et du cercle « Le souvenir français ».

HARTMANNSWILLERKOPF

Der Hartmannswillerkopf war während des Ersten Weltkriegs ein Ort heftiger Kämpfe zwischen deutschen und französischen Truppen. Die Schlacht um den Gipfel begann am 31. Dezember 1914. Die intensivsten Auseinandersetzungen fanden am 19./20. Januar, 26. März, 25./26. April sowie am 21./22. Dezember 1915 statt und führten zum Tod von über 30.000 Soldaten.

Vor 100 Jahren wurde das Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf (CMNHWK) gegründet, um alle gefallenen Soldaten zu ehren und das Denkmal zu erhalten. Die Weitergabe der Erinnerungspflicht an Besucher und zukünftige Generationen hat für das CMNHWK oberste Priorität.

Am 3. August 2024 wird im Rahmen eines Festakts am Hartmannswillerkopf eine Zwei-Meter-Variante der PAPERBOMB dauerhaft ausgestellt – 110 Jahre nach Beginn des Ersten Weltkriegs, 100 Jahre nach der Gründung der Gedenkstätte und zehn Jahre nach den offiziellen 100-Jahr-Feierlichkeiten mit den Präsidenten Hollande und Gauck.

ORADOUR-SUR-GLANE

Am 9. Mai 2025 wird eine Zwei-Meter-Variante der PAPERBOMB vor dem Nordeingang des ursprünglichen Dorfes Oradour-sur-Glane installiert, welches am 10. Juni 1944 von den Nazis zerstört wurde und wobei 643 Menschen grausam ermordet wurden.

Diese Platzierung schafft nicht nur einen materiellen, sondern auch symbolischen Übergang zwischen dem alten, zerstörten und dem neuen Oradour. Das gewählte Datum im Jahr 2025 markiert den 80-jährigen Jahrestag des Endes des Zweiten Weltkriegs in Europa.

Eine Reise gegen das Vergessen

Gemeinsam mit Sibylle Treugut, Lehrerin am Hölderlin-Gymnasium in Heidelberg, und Daniéle Sadowski, Lehrerin am Lycées Albert Thomas Roanne, plant Nezilla im Oktober 2024 eine Kulturreise mit einer deutschen und französischen Schulklasse zu den historischen Orten des Ersten und Zweiten Weltkriegs, unter anderem zum Vieil Armand im Elsass sowie Moulins und Tulle. An jedem dieser Orte werden die Schülerinnen und Schüler ein Theaterstück aufführen, welches die Geschichte veranschaulicht.

Die französische Regisseurin und Schauspielerin Émilie Weiss arbeitet an einem Theaterstück „Gegen das Vergessen“ eigens für die Begegnung. Die Aufführung wird durch ein Rap-Musikstück ergänzt, welches die Musiker Bryan Vit und Toni L. mit den Schülerinnen und Schülern einstudieren.

Die Reise ermöglicht den Schülerinnen und Schülern den Ausbau und die Festigung der deutsch-französischen Freundschaft. Sie trägt dazu bei, das Massaker nicht zu vergessen. Indem sie Erfahrungen teilen, die Geschichte erkunden und gemeinsam der Opfer gedenken, können Vorurteile abgebaut und ein Gefühl der Solidarität und des gegenseitigen Verständnisses geschaffen werden.

Das Projekt steht unter der Schirmherrschaft von S.E. François Delattre, Botschafter von Frankreich in Deutschland und S.E. Stephan Steinlein, Botschafter von Deutschland in Frankreich.

Freundlich unterstützt wird die Reise "Les 80 ans de la Libération" von dem französischen Honorarkonsulat in Mannheim, dem Institut Français Mannheim und dem Verein Le Souvenir français.